A part ça ...

Humeur déco #216

Humeur déco #216

"Savoir, penser, rêver. Tout est la." Je me souviens de la rentrée en CP de mon petit loup... il avait terriblement. Les rentrées des classes sont toujours angoissantes mais cette année-là, c'était terrible. Et pourtant, nous avions préparé cette rentrée si importante avec le changement d'école. Il restait avec ses copains. Il avait participé l'année précédente à des échanges entre maternelle et primaire. Nous avions lu des livres. Je n'ai compris l'origine exacte de sa peur que la veille du jour J au détour d'une énième discussion. Elle était fondée sur un énorme malentendu. On lui avait dit que c'était génial le CP parce qu'il saurait lire. Il s'était imaginé que le jour même de la rentrée il saurait lire... qu'il aurait à savoir lire. Evidemment, c'était totalement insurmontable pour lui. Et à juste titre. J'ai pris le temps de lui expliquer, de démonter ce dans quoi il s'était projeté, pour reconstruire avec lui quelque chose plus proche de la réalité. L'angoisse s'est atténuée un peu et tout s'est ensuite très bien passée.

Humeur déco #216
Humeur déco #216
Humeur déco #216Humeur déco #216

Aujourd'hui, presque 10 ans après, l'angoisse de pré-rentrée est toujours présente comme pour de nombreux enfants. Il y a évidemment le stress d'une nouvelle année, d'un nouvel enseignant, d'une nouvelle classe... n'y aurait-il pas aussi tout le stress lié à la pression que nous leurs mettons, qu'ils se mettent à eux-mêmes déjà dans le moule de notre société et de ses fonctionnements normatifs. Ils perçoivent instinctivement l'exigence de réussite et de performance, conceptions d'adulte bien loin de leur univers d'enfant.

Et là, je m'appuie sur la pensée du scientifique Albert Jacquard dans son essai "Mon utopie" : 

""Réussir" est devenu l'obsession générale dans notre société, et cette réussite est mesurée par notre capacité à l'emporter dans des compétitions permanentes. Il est pourtant clair que la principale performance de chacun est sa capacité à participer à l'intelligence collective, à mettre en sourdine son "je" et à s'insérer dans le "nous", celui-ci étant plus riche que la somme des "je" dans laquelle l'attitude compétitive enferme chacun ; le drame de l'école est d'être contaminée par une attitude de lutte permanente, qui est à l'opposé de sa finalité."

Humeur déco #216
Humeur déco #216Humeur déco #216
Humeur déco #216Humeur déco #216

J'ai eu connaissance au début de l'été d'une école qui va ouvrir à proximité de chez moi. Il s'agit d'une école démocratique. Les grands principes de cette éducation démocratique sont basées sur deux valeurs : la démocratie et la liberté. D'une part, les enfants sont invité à s'exprimer sur le fonctionnement de l'école au cours de réunions régulières. La voix d’un enfant compte et est entendue au même titre que celle d’un adulte. D'autre part, les enfants sont libres de jouer, discuter, rigoler, réfléchir, découvrir, s’organiser… Aucun programme scolaire n’est préétabli et les enfants décident eux-mêmes du déroulement de leurs journées. L’équipe d’adultes qui encadrent les enfants sont plus des facilitateurs que des enseignants

Au sein de ces écoles démocratiques, on croit en l’apprentissage naturel. Il s’agit ici d’apprendre moins mais d’apprendre mieux. La curiosité naturelle des enfants est ainsi au centre de la démarche éducative. En cela, les écoles démocratiques se rapprochent de la pensée du philosophe John Locke, qui, au XIIème siècle, en précurseur des Lumières, prônait une éducation non contraignante. “Aucune des choses qu’un enfant doit apprendre ne devrait jamais lui sembler un fardeau ou lui être imposé comme une tâche. Toute étude ainsi proposée, devient dès lors pénible ; l’esprit en éprouve une aversion, fût-elle auparavant objet de plaisir ou d’indifférence.

J'ai finalement, sur ce sujet, bien plus d'interrogations que de certitudes. Je vais suivre avec intérêt l'évolution de cette école. Peut-être reviendra-t-elle dans un prochain billet d'humeur. Ce dont je suis certaine, cependant, c'est que pour vivre pleinement, il faut tout autant savoir, que penser, que rêver. Or, dans notre système scolaire actuel, il s'agit avant tout de savoir, penser est possible... mais rêver n'existe pas.

Humeur déco #216
Humeur déco #216

Les bonus de mon humeur

Le craftwashing : quand les grosses entreprises volent les codes des petits artisans pour mieux les tuer - parce qu'on ne le voit pas forcément, parce qu'on se laisse facilement emporter par les mises en scène, il est toujours bon de mettre sous les projecteurs ce genre de procédés.

A Clermont-Ferrand, les habitants vont bénéficier d’un permis de végétaliser - parce qu'il faut multiplier les initiatives de ce genre pour changer nos paysages urbains et s'approprier un peu de la poésie des "hachiue", les petits jardins de trottoir japonais qui nous reconnecte au temps et aux saisons.

Comment surmonter sa peur du voyage en solo ? - parce que j'ai adoré les voyages en solo dans le contexte professionnel, la version tourisme me tente aussi beaucoup. Mais, pour ce qui me concerne, il n'est pas question de peur... juste de la bonne occasion à trouver. 

Dix verbes anciens à ressusciter absolument - parce que ce matin j'ai pandiculé et je me suis adonisée.

Humeur déco #216

Toutes les photos sont à récupérer sur mon compte pinterest.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marine 03/09/2019 22:14

Coïncidence par rapport à ton sujet de rentrée scolaire, ma petite fille (4 ans) vient d'entrer ce dimanche à l'école démocratique Kehilla (Jaffa Israël), choix mûrement réfléchi de ses deux parents qui veulent tester le concept dès le niveau Maternelle. J'en ai déjà eu quelques premiers échos. Les approches peuvent différer d'un pays à l'autre. A suivre donc ... En matière d'éducation, on n'est jamais trop sûrs de rien ...

Gaëlle 04/09/2019 22:21

Amusante coïncidence, merci pour ce témoignage personnel... effectivement, on est jamais trop sur de rien en matière d'éducation. Ce que j'ai pu constater en parlant de cette démarche autour de moi c'est qu'elle ne laisse personne indifférent. Elle questionne, elle intrigue... signe peut-être que tout en étant très loin de la norme actuelle, elle correspond à quelque chose qui nous parle inconsciemment...
Très belle semaine Marine

pascale 03/09/2019 12:57

Me revoilà par ici, bonne rentrée Gaëlle :) Dans ton anecdote avec ton petit loup, on voit toute l'importance du choix des mots quand on parle à un enfant et même à un adulte. Chacun s'approprie une lecture personnelle du message.
Je ne connais pas ce système d'école démocrative, mais le mode d'éducation qui me semble le plus performant pour illustrer le "savoir, penser, rêver" est celui du Danemark. Il est question de curiosités, de rythme adapté à chacun, de bienveillance et de solidarité. Peut-être un jour nos enfants auront ce choix d'école...

Gaëlle 04/09/2019 22:05

Très contente de te retrouver par ici Pascale. J'espère que tu as passé un bel été.
Oui, l'importance des mots avec les enfants et les plus grands aussi, l'importance du dialogue face à une personne en difficulté, là encore enfant ou adulte, pour comprendre la vraie raison du problème rencontré.
Effectivement, la méthode scandinave présente un intérêt, tout comme Montessori. Les enfants sont tous différents. Il faudrait qu'il puisse avoir le choix d'un système qui leurs conviennent. Nous avons encore des progrès à faire dans ce domaine...
Très belle semaine Pascale