A part ça ...

Humeur déco #218

Humeur déco #218

"J'ai éclaté en sanglots. J'ai un faible pour cette expression. On n'éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats."

Eclater de rire, rire souvent, rire sans raison, rire pour le plaisir, rire pour ne pas craquer, rire pour ressentir qu'on est vivant, rire seul, à deux ou à plusieurs, rire et ne plus pouvoir s'arrêter, rire parce que c'est le sel de la vie...

On a tous des souvenirs de fous rires mémorables, impossibles à retenir, difficiles à arrêter. Parfois, ils permettent de décharger une tension ou une fatigue importante. Parfois, ils sont simplement l'expression d'une joie de vivre que rien ne peut entamé. Ou les deux.

Humeur déco #218
Humeur déco #218
Humeur déco #218

Le week-end dernier, lors de mon séjour parisien pour le salon Maison et Objet, je me suis souvenu d'une aventure survenue lors d'une précédente session il y a une quinzaine d'année. A l'époque, je travaillais pour Canapés Duvivier et nous exposions au Salon du Meuble, concurrent de Maison et Objet, qui a depuis été absorbé. Les deux évènements se déroulaient en même temps à un jour d'intervalle, le Salon du Meuble commençant 1 jour avant. Je venais donc d'enchainer six jours hyper chargés : 1 jour de montage et 5 jours de salon sans compter le remballage de stand la veille jusqu'à 2 heures du matin.

Je vous laisse imaginer l'état de fatigue physique dans lequel je me trouvais pour visiter Maison et Objet sur son dernier jour d'ouverture. Nous étions en binôme avec Maryse une collègue et amie. Profitant des bonheurs de la vie parisienne, nous étions ce matin-là dans un RER bondé en direction du Parc des Exposition de Villepinte. C'était en janvier, nous avions des manteaux mais il régnait dans la rame une chaude moiteur alimentée par la chaleur de tous  les voyageurs. Les conditions du voyage était particulièrement pénibles.

Et puis, la rame s'est arrêté en plein milieu de la voie. Silence nerveux parmi les voyageurs, figés dans des positions plus ou moins confortable. Après plus de 5 minutes d'attente dans la méconnaissance de ce qui passait, une voix grésillante a fini par nous annoncer un arrêt imprévu suite à incident sur la voie... non, sans blague, on pensait que c'était juste pour le plaisir !!! A ce moment-là, il a suffi d'un regard avec Maryse pour que nous partions l'une et l'autre dans un fou rire jubilatoire. A la fois décharge nerveuse de toute la fatigue accumulée ces derniers jours et rendue plus intense par les conditions du voyage. Et plaisir d'être là ensemble pour cette journée de découverte qui nous attendait, bien décidées à ne pas nous laisser gâché le plaisir par un désagrément matériel. 

Humeur déco #218
Humeur déco #218Humeur déco #218
Humeur déco #218Humeur déco #218
Humeur déco #218Humeur déco #218

Le week-end dernier, lors de mon séjour parisien pour le salon Maison et Objet, je me suis souvenu d'une aventure survenue lors d'une précédente session il y a une quinzaine d'année. A l'époque, je travaillais pour Canapés Duvivier et nous exposions au Salon du Meuble, concurrent de Maison et Objet, qui a depuis été absorbé. Les deux évènements se déroulaient en même temps à un jour d'intervalle, le Salon du Meuble commençant 1 jour avant. Je venais donc d'enchainer six jours hyper chargés : 1 jour de montage et 5 jours de salon sans compter le remballage de stand la veille jusqu'à 2 heures du matin.

Je vous laisse imaginer l'état de fatigue physique dans lequel je me trouvais pour visiter Maison et Objet sur son dernier jour d'ouverture. Nous étions en binôme avec Maryse une collègue et amie. Profitant des bonheurs de la vie parisienne, nous étions ce matin-là dans un RER bondé en direction du Parc des Exposition de Villepinte. C'était en janvier, nous avions des manteaux mais il régnait dans la rame une chaude moiteur alimentée par la chaleur de tous  les voyageurs. Les conditions du voyage était particulièrement pénibles.

Et puis, la rame s'est arrêté en plein milieu de la voie. Silence nerveux parmi les voyageurs, figés dans des positions plus ou moins confortable. Après plus de 5 minutes d'attente dans la méconnaissance de ce qui passait, une voix grésillante a fini par nous annoncer un arrêt imprévu suite à incident sur la voie... non, sans blague, on pensait que c'était juste pour le plaisir !!! A ce moment-là, il a suffi d'un regard avec Maryse pour que nous partions l'une et l'autre dans un fou rire jubilatoire. A la fois décharge nerveuse de toute la fatigue accumulée ces derniers jours et rendue plus intense par les conditions du voyage. Et plaisir d'être là ensemble pour cette journée de découverte qui nous attendait, bien décidées à ne pas nous laisser gâché le plaisir par un désagrément matériel. 

Humeur déco #218

Et puis, il y a les personnes avec lesquelles j'ai la sensation du rire diffus. Il n'y a pas de moment particulier, pas d'épisode mémorable mais le rire qui s'installe au détour d'une conversation, qui balise le temps lors d'une rencontre, qui jaillit à la lecture d'un message. Et vous, quels sont vos souvenirs de fous rires ? Qui sont les personnes avec lesquelles vous riez souvent ?

Humeur déco #218
Humeur déco #218

Les bonus de mon humeur

« Je ne reverrai plus le monde » : le cri de prison d’un écrivain turc - Parce qu'il faut entendre ce témoignage puissant.

Seul avec les loups - Parce que c'est un regard chargé de curiosité et d'humanité.

Un moine bouddhiste japonais nous a expliqué comment être heureux en faisant le ménage - Parce q'un peu de sage légèreté fait du bien aussi.

Humeur déco #218

Toutes les photos sont à retrouver sur mon compte Pinterest.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article