A part ça ...

Humeur déco #250

Humeur déco #250

" Gardez bien en vous ce trésor, la gentillesse. Sachez donner sans retenue, perdre sans regret, acquérir sans mesquinerie. " Cette semaine encore, je ne peux que faire le constat de ma difficulté à être présente pour A part ça... Un article en moins la semaine dernière, plus de quinze jours que je ne suis plus sur instagram et facebook qui me voit également de moins en moins. 

Evidemment, par certains côtés, ça m'agace et ça me frustre. Mais, en même temps, en faisant ça, je m'accorde le droit de ne pas être partout et de souffler un peu aussi. Il y a beaucoup de travail, des nouveaux projets qui me mobilisent énormément, tout autant par le temps que j'y consacre que par l'énergie et la créativité que je mets à les réaliser. Et puis, il y a tout ce que je donne, tout ce que je fais pour rendre service... peut-être qu'il va falloir que j'apprenne à dire à non... à commencer par moi, me dire non à moi-même, me retenir quand j'ai envie de m'investir dans quelque chose de nouveau. Mais, ça c'est un autre sujet...

Humeur déco #250
Humeur déco #250

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'un engagement bénévole qui me tient à coeur et qui me demande pas mal d'investissement en ce moment. Je suis coopératrice dans le supermarché coopératif et participatif Le Baudet à Poitiers, la ville où j'habite.

C'est quoi donc un supermarché coopératif et participatif ?

Il s'agit d'un supermarché qui regroupe des citoyens désireux de consommer mieux, plus local, plus sain et sans la pression des grandes surfaces. Pour en faire partie et pouvoir faire ses achats dans le magasin, il faut être coopérateur.rice, c'est-à-dire prendre des parts sociales dans le supermarché (100 € que l'on récupère quand on quitte l'aventure) et donner 3 heures de son temps tous les mois pour faire vivre le magasin : réceptionner les livraisons, mettre les produits en rayon, tenir la caisse, nettoyer le magasin... Nous fonctionnons par équipe avec un planning défini à l'avance. Ça, c'est l'engagement minimal mais on peut aussi s'investir dans l'une des commissions qui organisent la vie du magasin : la commission Assortiment pour la sélection des produits en rayon et les contacts avec les fournisseurs, la commission Odoo, le logiciel de gestion que nous utilisons, la commission Permanences qui gère le planning des permanences, la commission recrutement pour trouver de nouveaux coopérateurs, la commission communication qui prend en charge toute la communication du magasin...

Et donc, je fais partie ce dernier groupe de travail. Le magasin ayant fermé pendant la période de confinement, nous sommes en phase de réouverture, il y a pas mal de boulot pour remettre la machine en route.

Humeur déco #250
Humeur déco #250Humeur déco #250
Humeur déco #250Humeur déco #250

Quel intérêt à faire partie d'un supermarché coopératif et participatif ?

D'un point de vue purement matériel et pratique, le magasin fonctionne avec uniquement 1 salarié et nous n'avons pas d'objectif de bénéfice comme dans des sociétés avec des actionnaires. Nous pouvons donc appliquer une marge fixe, unique et constante de 20% sur tous les produits en rayon. L'objectif, à terme, est d'avoir des prix inférieurs à ce qui se pratique dans les autres magasins. Nous sommes en phase "labo", nous avons de ce point de vue des progrès à faire. Du côté de valeurs, ce fonctionnement nous permet de privilégier et de soutenir des producteurs locaux et de petits fabricants. Nous oeuvrons aussi pour la démarche 0 déchets.

Humainement, ces valeurs fortes ainsi que les permanences que nous faisons en magasin nous donnent un véritable sentiment d'appartenance, de communauté et une vraie convivialité. Chacun est accepté comme il est et donne ce qu'il peut donner en temps, en énergie, en bonnes idées.

Aucun d'entre nous n'étant caissier.ière professionnel.le, il y a souvent la queue à la caisse mais ce n'est pas grave. On le prend avec beaucoup de décontraction et de bonne humeur. D'une part, parce que nous sommes tous à un moment ou à un autre de l'autre côté, on sait que la personne en caisse fait de son mieux et que ça ne sert à rien de s'énerver ou de mettre la pression. Au contraire, devant ou derrière le comptoir, on s'entraide, on discute, on rigole. Et ça, c'est le deuxième truc qui fait que l'on patiente sans problème. Il n'y a pas d'incivilité. Chacun attend son tour sereinement. On peut laisser son cabas faire la queue à notre place pour aller discuter avec la copine qui est en rayon ou voir les recettes qui sont affichées un peu plus loin, on ne perdra pas notre tour à la caisse. 

Personnellement, j'ai retrouvé du plaisir à faire mes courses. Je me sens un peu chez moi quand j'y suis. J'y croise des gens que je connais ou pas, mais je ne suis jamais anonyme, jamais transparente, jamais juste une cliente parmi d'autres.

Humeur déco #250
Humeur déco #250

Les bonus de mon humeur

Le jour du dépassement de la Terre recule de trois semaines grâce au confinement - Parce qu'il est bon de se réjouir des bonnes nouvelles même s'il y en a tant d'autres qui sont mauvaises.

Le L.A. Times évoque sa part de responsabilité dans la descente aux enfers de Jean Seberg - Parce qu'il est toujours préférable de se tenir éloigné des nouvelles nauséabondes.

D'Ushuaia aux Pays-Bas, la fabuleuse odyssée du voilier “Europa” - Parce que c'est tout aussi bien d'incarner des valeurs que de les afficher.

Marcher, une thérapie pour se reconstruire - Parce que c'est une belle voie à explorer pour être mieux dans sa vie.

Humeur déco #250

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pascale 18/06/2020 15:25

D'un côté tu culpabilises d'être moins présente sur ton blog, et de mon côté je culpabilise aussi de ne pas être plus présente sur ce même blog car le temps file, et curieusement encore plus vite depuis le déconfinement.... Prends du temps pour ce qui te tient à coeur, un article par semaine est déjà très bien, cela nous permet de prendre de le lire et relire et d'y laisser une impression par la suite.
Je suis également très tentée par ces coopératives qui fleurissent dans les villes, il faut que je m'y penche vraiment mais toujours le même souci : le temps ! belle semaine

Gaëlle 21/06/2020 15:45

Merci pour ton message Pascale. Il me permet de voir les choses avec un autre regard. Avant tout, ne te culpabilise pas de ne pas être plus présente. Je te sais fidèle autant que tu le peux et c'est largement suffisant. A te lire, je me dis qu'il fait peut-être que j'envisage autre chose pour le blog : moins de publications mais un contenu plus approfondi à chaque fois... à réfléchir pour l'année prochaine.